Floralia Brussels du 3 avril au 3 mai 2015

floralies1

L'exposition florale de printemps organisée dans le parc et les serres du château de Grand-Bigard fête en 2015 son 12ème anniversaire.

Sur les 14 hectares du parc vous pourrez découvrir presque toutes les variétés de fleurs de printemps à bulbes. Sous la direction de spécialistes, professionnels des plantes à bulbes, ce sont plus d'1 million d'oignons qui ont été plantés à la main par l'équipe de jardiniers du château.

Les nombreux amoureux de la nature auront l'occasion de découvrir durant ces 4 semaines 400 variétés de tulipes parmi lesquelles de nouvelles créations qui portent un numéro dans l'attente d'un nom.

Les tulipes sont divisées en hâtives, moyennes ou tardives mais également en classiques triomphes, botaniques (kaufmanniana, greigii et fosteriana), fleurs-de-lis, crispa, viridiflora, perroquets, double et multi-flora.

Le narcisse et la jonquille ordinaires côtoient des variétés beaucoup plus rares telles que le narcisse papillon et les nombreuses variétés botaniques.

Sous les arbres centenaires, un tapis de fleurs sauvages composés de muscaris bleus et jaunes, de tulipes miniatures ... mais aussi des azalées et des rhododendrons.

A partir du pont, à l'entrée, on peut apercevoir sur la berge opposée, un grand coeur réalisé avec différentes espèces de tulipes.

Le labyrinthe, aux couleurs de l'arc-en-ciel, sera toujours à parcourir.

A côté du verger, un jardin est consacré aux rhododendrons et aux azalées. Ils proviennent d'Exbury Gardens, situés au sud-ouest de l'Angleterre, qui furent sans doute les premiers jardins au monde à exposer des rhododendrons sous l'impulsion de leur créateur Lionel de Rothschild, au début du XXe siècle.

Exposition intérieure

floralies2

Dans la serre de 1000 m2, le visiteur découvrira une prestigieuse exposition d'arrangement floraux et de plantes décoratives.

Chaque semaine de nouvelles espèces de fleurs seront mises à l'honneur. Le thème changera tous les vendredis, les bouquets seront renouvelés par le fameux décorateur floral Hans Danko, qui réalisera chaque semaine 150 compositions avec pas moins de 10 000 fleurs coupées. Si vous souhaitez le voir à l'oeuvre, il sera là tous les vendredis. Avec l'abonnement "Passe-partout" vous aurez l'occasion de le voir autant de fois que vous le souhaitez.

La chapelle et le donjon vous réserveront une surprise fleurie.

Au premier étage, vous pourrez admirer de superbes bouquets, de roses, d'hortensias ou de lys, suivant les semaines.

Tulipes, orchidées et autres fleurs ou bulbes seront en vente à la sortie du parc.

Cette exposition florale est réalisée grâce à la participation d'importants producteurs et exportateurs de bulbes et plantes hollandais et belges.

Les amateurs de jardins qui souhaitent visiter le parc à plusieurs reprises peuvent obtenir une carte Passe-partout qui leur donne un droit d'entrée durant toute l'exposition.

Floralia Brussels est une exposition essentiellement vivante. La Nature évolue chaque jour et peut être plus précoce ou plus tardive d'une année à l'autre.

Concept

Le parc a été dessiné au début du XXe siècle par l'architecte de jardins Louis Fuchs, créateur de nombreux parcs en Belgique.

La conception et la réalisation de l'exposition Floralia Brussels ont été confiées à Maarten et Pieter Bakker, descendants d'une illustre famille de producteurs de bulbes en Hollande. Ils mettent tout en œuvre pour trouver les variétés les plus intéressantes pour créer les parterres. A cette fin, ils parcourent les Pays-Bas à la recherche des plus belles espèces et des producteurs les plus talentueux. Ensuite ils composent les différents jardins en tenant compte de la diversité des couleurs et du moment de floraison des diverses variétés.

Le Labyrinthe

floralies3

Le Labyrinthe de Grand-Bigard fut, en 1748, un projet du dessinateur Ferdinand-Joseph Derons (1700-1762) pour la Marquise Hélène-Hyacinthe de Boisschot, Comtesse d'Erps, Baronne de Zaventem, épouse du Comte de Königsegg.

Le projet d'aménagement du parc est typique des jardins à la française, mis à la mode par Lenôtre à Vaux-le-Vicomte et Versailles au XVIIe siècle et en Belgique au XVIIIe siècle, par les jardins de Belœil et Mariemont.

Il semble cependant que ces plans ne furent jamais exécutés, car un demi-siècle plus tard, la carte figurative dressée par P.C. De Decker ne reprend pas le projet.

Ce n'est qu'à l'aube du XXIe siècle que le propriétaire du château de Grand-Bigard redécouvre le plan du labyrinthe et décide de le réaliser en tulipes à l'endroit où il était prévu 250 ans plus tôt. Les visiteurs auront ainsi l'opportunité de remonter dans le temps et de vivre le rêve de la Marquise Hélène-Hyacinthe de Boisschot.

En visitant le parc vous participerez à la restauration du château de Grand-Bigard, monument historique classé depuis 1940. Les recettes y sont entièrement consacrées.